LE VIGNOBLE

Révéler le terroir

Les vignes du Domaine FL sont principalement réparties sur les communes de Savennières (rive droite) et de Rochefort-sur-Loire (rive gauche). Elles s'épanouissent sur des coteaux argilo-schisteux et bénéficient d'un climat doux et d'un bel ensoleillement.

Un épanouissement observé et accompagné nuit et jour (ou presque !), par une équipe de professionnels passionnés, emmenée par Julien Fournier, gérant du domaine. Le vignoble est cultivé selon les règles de l'agriculture biologique et biodynamique, afin que le terroir puisse exprimer toutes ses qualités et typicité. Les rendements faibles sont privilégiés pour conserver la qualité du raisin (maturité, concentration des sucres). Pour aller plus loin dans cette volonté de "révéler le terroir", l'équipe du domaine a fait le choix de s'engager d'ici deux ans sur le chemin de la biodynamie.


Savennières-Roche aux Moines, aop

Le vignoble, dont l'origine remonte au Moyen Âge et qui a appartenu à l'abbaye Saint-Nicolas d'Angers, se situe sur un éperon rocheux qui s'avance sur la Loire et bénéficie d'une exposition idéale. Les conditions naturelles alliées aux engagements des producteurs de l'appellation (chenin blanc uniquement, désherbants et insecticides prohibés, faibles rendements, chaptalisation interdite...) sont particulièrement favorables à la production de blancs secs d'exception. Le Savennières-Roche aux Moines est considéré par les professionnels comme un grand cru, comparables aux grands Bourgognes.

Savennières, aop

Cette appellation s'étend sur 350 hectares de coteaux de schistes, dont 150 hectares sont cultivés et plantés en chenin blanc sur la rive droite de la Loire, sur les communes de Savennières, Bouchemaine et La Possonnière. Les vins blancs de Savennières séduisent par leur intensité, leur structure et leur belle acidité qui leur garantit une grande capacité de garde.

Dans la pure tradition des Savennières, le Domaine FL a pris le parti de ne pas faire de fermentation malolactique. Ce choix permet ainsi aux vins de garder leur belle acidité et leur caractère fort.

Anjou, aop

Ce vignoble est principalement situé au sud d'Angers, dans le Maine-et-Loire, ainsi que sur quelques communes des Deux-Sèvres et de la Vienne. Il est à l'origine de vins blancs et rouges issus de monocépages ou d'assemblage.

Le Domaine FL produit, quant à lui, des Anjou rouges et blancs en monocépage : le chenin blanc pour son vin blanc (Les Bergères) et le cabernet franc pour son vin rouge (Le Cochet), estimant que ces deux cépages se suffisent à eux-mêmes et sont capables de donner naissance à des vins possédant une personnalité à part entière.

Coteaux du Layon, aop

Avec une zone de production de 1400 hectares répartie sur 27 communes de part et d'autre du Layon, affluent de la Loire, le vignoble de cette aop est à l'origine d'un vin blanc moelleux. Il est façonné à partir, là encore, du seul chenin blanc, grâce au botrytis (Cinerea) ou pourriture noble, qui concentre le sucre à l'intérieur des baies. Sur cette appellation, 300 hectares (répartis sur 6 communes) sont réservés aux appellations communales et sont à l'origine d'un Coteaux du Layon d'une qualité supérieure car plus titré en sucre. Ce sont sur ces communes que le Domaine FL cultive les vignes qui produisent son Coteaux du Layon.

Quarts de Chaume Grand Cru, aop

C'est à partir du vignoble de cette enclave de 50 hectares, au coeur de l'appellation Coteaux du Layon, qu'est conçu un remarquable vin blanc liquoreux, à partir du chenin blanc. Son nom de Quarts de Chaume lui vient du Moyen Âge, quand les seigneurs de la Haute-Guerche exigeaient le meilleur quart de la production du meilleur terroir (« Les meilleurs quarts de la récolte pendante sur le revers du côté exposé au midi »). Le Quarts de Chaume est élaboré à partir de raisins 100 % botrytisés (attaqués par la pourriture noble) obtenus de manière naturelle (sans cryogénisation). Il est produit en quantités très limitées (environ 425 hectolitres) sur la commune de Rochefort-sur-Loire. Considéré comme un très grand vin liquoreux (désigné Grand Cru depuis 2011), ses temps de garde sont exceptionnels.

Pour façonner un Quarts de Chaume d'une très haute qualité, il arrive que l'équipe du domaine décide, les années où elle estime que les conditions ne sont pas optimum, de ne pas le produire (3 années sur 5 en moyenne). Ici, le domaine recherche avant tout l'équilibre entre sucre et acidité, pour faire de son Quarts de Chaume un vin tout à la fois intense et minéral.